• Lettres,
  • Recherche,
  • Édition,

Une relation enragée : correspondance croisée 1969-1986

Francis PONGE, Christian PRIGENT, L'Atelier Contemporain, 2020

Édition établie, présentée et annotée par Benoît Auclerc.

« J'aime (ce mot est inexact) votre œuvre ; je m'explique tout par elle. J'aurais voulu en témoigner. » (Christian Prigent à Francis Ponge) Francis Ponge a soixante-dix ans lorsque, en août 1969, il reçoit d'un étudiant de Rennes un mémoire consacré à son œuvre. Cet étudiant, c'est Christian Prigent, alors âgé de vingt-trois ans et fondateur de la tout nouvelle revue TXT. L'un espère faire reconnaître définitivement la modernité de son œuvre et lui assurer des héritiers ; l'autre, cherchant son écriture, évolue très vite sur le plan esthétique et idéologique. Et Tel Quel n'est pas loin. Correspondance entre un « grand écrivain » et un « jeune homme », selon les termes dans lesquels s'institue l'échange, cette suite d'une centaine de courriers adressés entre 1969 et 1986 a cependant bien peu en commun avec les Lettres à un jeune poète, et documente surtout notre histoire littéraire récente. Elle éclaire la réception d'une œuvre qui entend incarner « un apport aussi radical (pour le moins !) que celui d'Artaud ou de Bataille à la mutation en cours » et témoigne de l'effervescence intellectuelle et politique de l'après-68, laquelle sera la cause majeure de la rupture entre les deux hommes. Transmission ambiguë au-delà d'un fossé générationnel ? Tel est peut-être ce que donnent à voir ces lettres. Ou, pour reprendre l'expression de Benoît Auclerc : « relation enragée ».