• Lettres,
  • Recherche,

Le chantier littéraire

Monique WITTIG, Ed. PUL, 2010

Publié à la suite du colloque "Lire Monique Wittig aujourd'hui" tenu à Lyon les 26 et 27 novembre 2009. Notes et notices préparées par Benoît Auclerc, Yannick Chevalier, Audrey Lasserre. Contient le texte original du mémoire présenté en 1986 à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris.

Monique Wittig pense dans Le Chantier littéraire ce qui est au centre de sa pratique : le travail de l'écrivain vu comme fabricateur de chevaux de Troie. L'analyse fait une part importante à la nouvelle critique et au Nouveau Roman, et rend à Nathalie Sarraute, un éclatant hommage. Pour Wittig, toute œuvre littéraire importante est une machine de guerre. Elle se produit en territoire hostile, où elle apparaît d'abord étrange, inassimilable, non conforme. Puis sa force (sa polysémie) et la beauté de ses formes l'emportent. La cité fait place à la machine dans ses murs, là où elle pourra accomplir son travail de minage des conventions littéraires et sociales. Le chantier littéraire et le combat politique, sont chez Monique Wittig indissociables.