Aller au contenu


Accueil > Axes de recherche > Axe 5 : Santé : représentations et discours du vieillir

Axe 5 : Santé : représentations et discours du vieillir

Les artistes ne prennent pas toujours la question du vieillir à bras le corps ni avec la même franchise qu’un Villon déplumé et osseux ou qu’une Duras que le temps a dévidée comme un moulin. Tous cependant, même lorsque le thème du vieillissement est contourné, scotomisé, traité de biais et avec légèreté, en font un sujet d’attraction. À travers la littérature greffière des affects comme des liens, ce sont bien d’autres inflexions ou mutations du soi et du monde qui sont perceptibles. Bien vieillir engage aujourd’hui une réflexion globale nécessitant à l’évidence l’étayage réciproque des champs disciplinaires : les aspects humain, psychologique, médical ne peuvent être envisagés en dehors de la politique engagée. Ebranlée économiquement par l’allongement de la vie, la société doit repenser autrement ce temps précaire, reconfigurer d’autres territoires générationnels, enfin innover dans le soin. L’un des enjeux de cette évolution, auquel Marge souhaiterait contribuer, est de mieux cerner les représentations du vieillir et leurs mutations.

Le séminaire « écritures du vieillissement » (2013-2014) a mené la réflexion autour d’écrivains de l’Antiquité au XXIe siècle, avec le souci pour chaque enseignant-chercheur de lier la pensée et le style singuliers de l’écrivain avec des données contextuelles. Le colloque « trous de mémoire : failles du cerveau » des 24 et 25 mai 2014, soutenu par l’Université Lyon 3 et le programme ARC 5, est une manifestation scientifique à laquelle ont participé des littéraires, des philosophes, des sociologues, des artistes et des neurologues – plus précisément des spécialistes de la maladie d’Alzheimer. Face aux interrogations urgentes qu’une telle maladie, par exemple, pose à la conscience que nous avons du vieillissement, un tel programme pluridisciplinaire vise à offrir un éclairage neuf sur ces enjeux cruciaux. Notre participation en septembre 2014 à une semaine thématique nationale sur le vieillissement (en lien avec Francis Eustache, neuropsychologue, Inserm, Université de Caen) constitue ainsi une étape dans un processus visant à définir, par approches successives, la place de la littérature, des arts et des SHS dans une appréhension globale de cette thématique de santé. Il nous faudra par conséquent travailler à prendre en considération, sinon pour la refonte mais pour l’adaptation de nos outils critiques habituels, ces approches issues d’autres champs disciplinaires, et qui n’avaient peut-être pas encore réellement pénétré notre domaine de compétence. L’inscription de ce programme au sein du projet « Santé globale » piloté à l’échelle de l’ensemble de la COMUE par Lyon 3, ainsi que le dialogue d’ores et déjà institué avec les autres centres de recherches du site intéressés par cette thématique (l’IRPHIL et l’IETT, par exemple, à Lyon 3) devraient nous permettre une telle conversion.

► Membre de MARGE responsable de cet axe : Fabienne Boissiéras.


 
 
Publications
Manifestations


Université de Lyon