Aller au contenu


Accueil > Axes de recherche > Texte, image et médias

Colloque "L'héritage de l'âge d'argent dans la littérature émigrée"-16 et 17 novembre 2018

Evènement | du 16 novembre 2018 au 17 novembre 2018

La journée du 16 novembre aura lieu de 9h à 18h30, et la journée du 17 novembre de 9h à 16h30

La littérature russe émigrée entretient des rapports complexes et contradictoires avec la culture de l’Âge d’argent, qui est, pour l’émigration, la dernière époque de la Russie, après quoi cette dernière a cessé d’exister. C’est pour cette raison que cette période qui a directement précédé et pressenti la révolution, retient toute l’attention des penseurs émigrés. Dans son autobiographie Autres rivages [Speak, Memory, 1951, 1967], Vladimir Nabokov décrit la culture émigrée comme héritière directe et seule de la culture de l’Âge d’argent, mais cette culture est présentée comme une civilisation morte, comme un mirage et une légende : « Il serait sans doute facile à un observateur détaché de tourner en ridicule tous ces gens à peine palpables qui mimaient dans des cités étrangères une civilisation morte, des mirages lointains, quasi légendaires, quasi sumériens du Saint-Pétersbourg et du Moscou 1900-1916 (ce qui, déjà alors, dans les années vingt et trente, sonnait comme 1916-1900 avant J.-C.)La présente manifestation scientifique se propose d’examiner les relations littéraires entre l’émigration russe et l’Âge d’argent. Issus de la matrice de ce dernier, les auteurs et penseurs émigrés cherchent à s’identifier par rapport à l’héritage du début du XXème siècle, considéré à juste titre comme époque de la Renaissance de la culture russe, comme le phénomène le plus marquant de l’histoire littéraire russe moderne. La fin de l’Âge d’argent se produit peu après 1917, après la Révolution d’Octobre, et annonce en quelque sorte le début de l’ère de l’émigration, les effets artistiques de cette période créatrice très intense trouvant leur prolongement dans la littérature émigrée qui essaye de mimer pour ainsi dire, sur un sol étranger, la culture d’origine abolie dans son pays. Mais cette admiration accompagnée du refus d’une imitation stérile conduit à l’invention créatrice d’une nouvelle culture, d’une nouvelle sensibilité littéraire, d’un âge nouveau dans les lettres russes, celui de l’exil, à partir du modèle culturel mis en place à l’Âge d’argent.Un certain parallélisme entre ces deux époques clés de l’histoire de la littéraire russe s’instaure et aboutit à plusieurs pistes de réflexions théoriques :

·         les liens entre l’Âge d’argent et l’émigration (convergences et divergences de ces deux époques, influence de l’Âge d’argent sur l’émigration) ;

·         les auteurs qui ont créé pendant ces deux périodes (différences et similitudes d’écritures) ;

·         la comparaison des œuvres d’écrivains ou de poètes de l’Âge d’argent et de l’émigration ;

·         l’attitude des jeunes auteurs émigrés envers l’Âge d’argent ;

·         le culte nostalgique de l’Âge d’argent et la position ambiguë vis-à-vis de cette époque chez les auteurs émigrés ;

·         la métaphorisation d’acteurs principaux de l’Âge d’argent dans les mémoires des auteurs émigrés ;

·         la Russie d’avant la révolution dans la mémoire et l’imaginaire émigrés, etc.


Documents à télécharger

INFOS PRATIQUES

Lieu

Le colloque aura lieu en amphi Huvelin
15 quai Claude Bernard
69007 LYON

Type

Colloque / Séminaire

Thématique

Manifestations scientifiques

PARTENAIRES

Partenaires




Université de Lyon