Aller au contenu


Accueil > Actualités > Appels à communications

Appel à contribution-"Les idées linguistiques des moralistes"-Date limite : 15 juillet 2019

Evènement | du 14 février 2019 au 15 juillet 2019

Les propositions de contributions peuvent être envoyées jusqu'au 15 juillet 2019

Les idées linguistiques des moralistes

Les auteurs que nous appelons « moralistes », du xvie siècle au xviiie siècle, s’intéressent prioritairement aux « usages », comme l’indique explicitement le titre du chapitre XIV des Caractères. Il était donc sans doute inévitable qu’ils fissent une place aux usages proprement linguistiques dans leurs observations. Des mœurs à la langue, il n’y a qu’un pas : le mot usage joue un rôle capital dans le métalangage et les conceptions théoriques de Vaugelas et des autres remarqueurs[1]. On sait que parfois, ce sont les mêmes auteurs qui glissent sans solution de continuité de l’analyse morale à l’analyse linguistique : l’abbé de Bellegarde incarne exemplairement cette porosité des domaines d’étude. On sait aussi que sans cesse, sous la plume des plus grands moralistes, l’observation de la « langue » abstraite ou de la « parole » réalisée, pour parler comme Saussure, joue un rôle structurant, comme simple comparant ou bien comme sujet d’observation effectivement ciblé. Ainsi, Pibrac règle les mœurs en corrigeant les discours (quatrain 5) et décrit les liens entre « le parler bref » et la vérité (quatrain 74) ; La Rochefoucauld s’interroge sur les moyens de l’éloquence (M 249) et fait brièvement allusion aux accents qui imprègnent la prononciation des locuteurs régionaux (M 342) ; Pascal s’interroge avec passion sur la double interprétation possible, « littérale » et « spirituelle », des mots employés dans l’Écriture, fondant ainsi la pratique de l’exégèse ou la lecture « figurative » sur un constat premier de polysémie du signe (Pensées, fr. Le Guern 236) ; cette même notion de polysémie sert de point de départ explicite à la réflexion de Jacques Esprit sur « la débonnaireté » (La Fausseté des vertus humaines, I, 9) ; La Bruyère transpose une analyse de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal (Les Caractères, XI, 58) et multiplie les détails concrets et suggestifs sur la façon dont s’expriment ses personnages, en malmenant tel ou tel aspect du bon usage, en adoptant tel ou tel tic stylistique…

Les points de rencontre entre analyse morale et analyse linguistique, à bien y regarder, ne manquent pas. La question complexe et nuancée de la norme à (r)établir ne peut se réduire aux oppositions sommaires entre une approche descriptive (le « linguiste » ou le « moraliste ») et une approche normative (le « grammairien » ou le « moralisateur »), car les mentalités de l’âge classique ne songent nullement à dissocier ces perspectives[2]. Des bizarreries syntaxiques que traque Vaugelas aux monstres déconcertants qu’offre en spectacle La Bruyère, on peut déceler la même attitude, à la fois perplexe et amusée[3].

Après tout, Antoine Favre, le propre père de Vaugelas n’était-il pas lui-même un moraliste de premier ordre, dont les quatrains édifiants ont souvent été associés à ceux, plus célèbres, de Pibrac ? Observer comment les gens vivent et pensent, n’est-ce pas aussi, ou d’abord, observer comment ils parlent ? L’historien de la langue ne peut-il donc glaner ponctuellement, dans les ouvrages moraux, de précieuses indications sur les variations internes au français classique ? Est-ce vraiment un hasard si les moralistes et les remarqueurs partagent la même pratique de la « pièce détachée », comme pour saisir l’éclatement et la mouvance du référent dont ils traitent ? Est-ce encore un hasard si, en retour, ils partagent souvent le même discrédit aux yeux des garants autoproclamés des « systèmes » de pensée, dans le cadre de ce long « procès » dont Corrado Rosso a dressé l’historique[4] ?

Quelques travaux ont d’ores et déjà été conduits dans cette direction, mais ils restent relativement isolés. On a par exemple montré quelle attention La Bruyère accorde aux « phrases toutes faites »[5] ou aux « maladies de la parole »[6], quels contrastes il souligne entre l’oral et l’écrit[7], quelles questions de syntaxe ou de morphologie il traite ponctuellement[8]… On a comparé plus d’une fois les vues de La Rochefoucauld aux méthodes du lexicographe, fût-ce pour mettre en évidence les contrastes[9] ; on a souligné le curieux décalage, voire l’inversion complète, qu’il décèle entre le signifié codé en langue de certains mots et l’emploi effectif qu’on en fait[10] Mais il reste sans doute beaucoup à faire, sur ces mêmes auteurs ou sur d’autres, y compris les minores.

Conjoindre les méthodes respectives des critiques littéraires et des historiens des idées linguistiques ne va pourtant pas de soi. S’il est d’usage de commenter amplement l’écriture des moralistes, on songe moins spontanément à s’interroger sur leurs propres commentaires métalinguistiques. Les travaux sur les moralistes classiques qui accordent une réelle importance aux questions proprement linguistiques ne donnent donc encore qu’un aperçu du vaste champ de recherche qui s’ouvre ainsi. Ce colloque, où littéraires et grammairiens pourraient utilement échanger leurs vues respectives, sera ainsi l’occasion de combler une lacune et de faire le point sur une préoccupation majeure de l’âge classique. Car cette période pénétrante entre toutes explore avec la même fascination inquiète et la même étrange précision les ressorts mystérieux de l’inconscient et les structures insoupçonnées mais cohérentes de la langue. Cela n’interdit pas d’élargir éventuellement la perspective à des auteurs plus tardifs comme Joubert ou Cioran.

Modalités de soumission

Les projets de communications (une ou deux pages, références bibliographiques comprises) doivent être envoyés sous la forme d’un fichier de traitement de texte, avant le 15 juillet 2019, à l’adresse suivante : eric.tourrette@univ-lyon3.fr

Mettre en objet du courriel la mention « colloque moralistes » ; préciser dans le message le statut professionnel et le lieu d’enseignement et de recherche.

Date et lieu du colloque : 5-6 décembre 2019, Université Lyon 3.



[1] Voir  notamment Wendy Ayres-Bennett, Vaugelas and the development of the French language, Londres, The Modern Humanities Research Association, 1987 ; Gilles Declercq, « Usage et Bel Usage : L’éloge de la langue dans Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène du Père Bouhours », Littératures classiques, n° 28, 1996, pp. 113-136 ; Wendy Ayres-Bennett et Magali Seijido, Remarques et observations sur la langue française : Histoire et évolution d’un genre, Paris, Classiques Garnier, 2011 ; Wendy Ayres-Bennett et Magali Seijido (dir.), Bon Usage et variation sociolinguistique : Perspectives diachroniques et traditions nationales, Lyon, ENS Éditions, 2013.

[2] Voir notamment André Martinet, Éléments de linguistique générale, Paris, Armand Colin, 1970, pp. 6-7 ; Pierre Dumonceaux, « Le bon usage est-il une norme ? », Textes et langages, n° 12, 1986, pp. 35-40 ; Gilles Siouffi, « La norme lexicale dans les Remarques sur la langue française de Vaugelas », dans Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt (dir.), La Norme lexicale, Montpellier, Dipralang, 2001, pp. 57-85 ; Laurence Giavarini (dir.), Pouvoir des formes, écriture des normes : Brièveté et écriture (Moyen Âge / Temps modernes), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2017.

[3] Voir Éric Tourrette, « Moralistes et remarqueurs », Studi francesi, n° 175, 2015, pp. 22-34.

[4] Voir Corrado Rosso, Procès à La Rochefoucauld et à la maxime, Pise, Goliardica, 1986.

[5] Voir Barbara R. Woshinsky, « Shattered speech : La Bruyère, “De la Cour”, 81 », Papers on French Seventeenth Century Literature, n° 15, 1981, pp. 211-226.

[6] Voir Michael Moriarty, « La parole dans Les Caractères », Cahiers de l'Association Internationale des Études Françaises, n° 44, mai 1992, pp. 277-290.

[7] Voir Gilles Siouffi, « Parler, écrire : La Bruyère analyste d’une disproportion », dans Jean Dagen, Élisabeth Bourguinat et Marc Escola (dir.), La Bruyère : Le Métier du moraliste, Paris, Champion, 2001, pp. 59-69.

[8] Voir Éric Tourrette, « La Bruyère grammairien », Thélème, n° 26, 2011, pp. 285-309.

[9] Voir notamment Jean-Pierre Beaujot, « Le travail de la définition dans quelques maximes de La Rochefoucauld », dans Jean Lafond (dir.), Les Formes brèves de la prose et le discours discontinu, Paris, Vrin, 1984, pp. 95-100 ; Maria Teresa Biason, La Massima o il « saper dire », Palerme, Sellerio, 1990, p. 84 ; Françoise Jaouën, De l’Art de plaire en petits morceaux : Pascal, La Rochefoucauld, La Bruyère, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1996, p. 100 ; Charlotte Schapira, La Maxime et le discours d’autorité, Paris, SEDES, 1997, pp. 91-99.

[10] Voir notamment Vivien Thweatt, La Rochefoucauld and the seventeenth-century concept of the self, Genève, Droz, 1980, p. 18 ; Jean Lafond, La Rochefoucauld : Augustinisme et littérature, 3e éd., Paris, Klincksieck, 1986, p. 73 ; Pierre Campion, Lectures de La Rochefoucauld, Rennes, P.U.R., 1998, p. 43 ; Bérengère Parmentier, Le Siècle des moralistes, Paris, Seuil, coll. « Points », 2000, pp. 80-81.


INFOS PRATIQUES

Lieu

 

Contact

Frédérique Lozanorios

Type

Appel à communication

Thématique

Lettres

Université de Lyon